Basket: Adama Sanogo, au nom du Mali

Brillant lors de la March Madness, le tournoi universitaire de basket-ball américain, le pivot Malien de Connecticut Adama Sanogo a l’opportunité d’entrer dans l’histoire ce week end et devenir peut-être le premier joueur de son pays à remporter l’une des compétitions les plus suivies aux États-Unis. Arrivé de ce côté l’Atlantique à l’adolescence, le natif de Bamako en veut toujours plus, et vise les sommets. Portrait de l’un des plus grands espoirs du basket africain.

PUBLICITÉ

Samedi 25 Mars. 20h40, T-Mobile Arena de Las Vegas. Au milieu du terrain, hilare, Adama Sanogo répond aux questions du reporter de CBS Sport, l’une des chaînes de télévision nationale, après avoir aidé son équipe de Connecticut à écraser l’un des favoris du tournoi, Gonzaga (82-54). L’université basée à Storrs, à environ 150 kilomètres au nord de New York, crée la sensation depuis le début du tournoi final universitaire, et son intérieur Malien casse la baraque, et se positionne comme favori pour être élu meilleur joueur de la compétition. Mais pour en arriver là, le jeune espoir du continent africain a mis les bouchées doubles, déterminé à réussir, pour son pays, et sa famille. 

Né à Bamako en 2002

Adama Sanogo est né à Bamako en 2002, et grandi dans un milieu modeste avec sa sœur et son frère. Ses parents, Cheick Na et Awa, travaillent dur pour subvenir aux besoins de la famille, et le jeune Adama, amoureux du ballon rond, se tourne vers le basket, et tape dans l’œil de recruteurs en 2016, lors d’un camp organisé par Cheick Diallo, l’ancien joueur NBA passé par les New Orleans Pelicans. « Il avait déjà quelque chose de spécial pour un jeune de seulement 14 ans », se souvient Tidiane Dramé, son mentor, « je l’ai donc invité au camp de ma fondation Mali Hope, pour qu’ils se frottent à d’autres talents, et il a pu démontrer l’étendu de son potentiel : il courait partout, il jouait dur, et il sentait déjà vraiment bien le jeu. Adama devait voir ailleurs, et tenter le coup de l’autre côté de l’Atlantique ».

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *