Diomaye Faye installé officiellement 5e président de la république du Sénégal :   Que retenir ?

C’est précisément à 11H 42mns que le président Bassirou Diomaye Dikhar FAYE a prêté serment au Centre International de Conférence de Abdou Diouf de Diameniadio (CICAD) devant les membres du  conseil constitutionnel, ces homologues présidents venues assister à la cérémonie d’installation, mais également la présence d’autorités religieuses et administratives.

Très entendus dans son speech Bassirou Diomaye Faye a informé que son magistère sera basé sur le sceau de l’équité judiciaire, la paix sociale, « je mobiliserai les sénégalais d’ici et d’ailleurs au tour d’un projet national fédérateur et orienté vers un futur serein. Je m’engage par la promotion du culte du travail de de l’éthique dans gestion de la discipline et de l’amour de la patrie à mettre résolument et durablement le Sénégal dans la voie du développement économique et sociale », a-t-il rassuré.

Sur l’échiquier Africain, il reconnait « l’ampleur des défis sécuritaires et des nombreux défis que nous devons relever, nous oblige à plus de solidarité » avant d’ajouter « j’entends clairement la voix des élites décomplexées qui disent haut et fort notre aspirations communes à plus de souveraineté au développement et au bien-être. Au côté de mes pairs africains, je réaffirme l’engagement du Sénégal à renforcer les efforts déployés pour la paix, la sécurité, la stabilité et l’intégration africaine », arassure-t-il

Il a par ailleurs tendu la main aux pays amis et partenaires de l’Etat du Sénégal en réitérant l’engagement et l’ouverture du Sénégal à des échanges respectueux de la souveraineté, conforme aux aspirations du peuple dans un partenariat mutuellement gagnant.

Le 5e président du Sénégal, sous la foi du serment, a promis que le Sénégal sous son magistère, sera un pays d’espérance, un havre de paix avec une justice indépendante et une démocratie renforcée.

Il s’est en outre penché sur la mémoire des « martyrs » et remercié aux ainés qui se sont battuaas pour l’avènement de la démocratie. A l’en croire, ils ont posé les solides fondements d’une nation indépendante et un état de droit secoué par moment mais toujours debout. « Nous leur sommes redevables, pour les valeurs de liberté, de justice et de progrès qu’ils nous ont donné en héritage », se réjoui-t-il, et analyse les résultats sortis des urnes comme un désir de changement systémique et en cela il estime, « à travers mon élection, le peuple Sénégalais s’est engagé dans la voie de la construction d’un Sénégal juste, prospère, dans une Afrique en progrès.

Aida Fall

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *