Présidentielle 2024 : La plateforme VERTU s’engage pour un Sénégal de citoyenneté et d’équité sociale

Le président de la plateforme VERTU 3D, « Doléel Domu Deuk bi » a été ce weekend l’invité de la rédaction de louxewtey.com. Assane Gueye puisque c’est de lui qu’il s’agit est revenu sur son compagnonnage avec Maodo Malick Mbaye, le leader du mouvement « Geum sa bopp », son implication dans la politique et le rôle du mouvement VERTU dans la prochaine présidentielle. Il a par ailleurs affirmé son engagement à travailler à Thiès pour le renforcement de la citoyenneté et de l’équité sociale. Assane Gueye est également revenu sur la situation politique actuelle du pays, marquée par l’ouverture de la campagne pour l’élection présidentielle, mais aussi des turpitudes qui ont précédé le choix de la date notamment la commission d’enquête parlementaire, la question de la double nationalité de certains candidats. Outre la politique, il s’est également entretenu avec les journalistes de la rédaction sur la lancinante question de l’immigration irrégulière qui demeure un casse-tête pour le gouvernement. Entretien… 

Pourquoi vous avez appelé votre plateforme Vertu? 

Vertu, est un concept qui a tout son sens puisqu’il se base sur des valeurs en perdition surtout dans le monde politique mais également au niveau de la jeunesse qui n’a plus de repère. C’est pourquoi avant de nous lancer on a pris le soin d’étudier la situation. Certes nous sommes des idéalistes, mais des républicains, c’est pourquoi nous veillons à travailler pour uniformiser notre vision avec les changements que nous voulons sur le plan du comportement d’abord puis au niveau social raison pour laquelle on a choisi ce nom… Mais VERTU dans le cadre du mouvement signifie, Vision et un Engagement Républicain pour un Thiès Uni et là vous verrez tout le sens que le mot va apporter. Nous constatons à Thiès une pluralité idéologique mais aussi une animosité au plan politique qui relègue au second plan certains responsables politiques qui pourtant peuvent beaucoup mettre leur savoir-faire à contribution pour le Sénégal en général et Thiès en particulier.

Et vous vous basé sur le triptyque Doléel Domi Deuk bi est-ce parce que vous pensez que les fils du pays n’ont pas droit au chapitre ?

Il faut savoir que le mouvement Vertu n’a pas une représentation nationale sinon locale. Parce que nous avons une vision pour Thiès et la plateforme regroupe des groupements d’autres mouvements et des associations autour de nous et la mission première de la plateforme est de travailler dans social et la citoyenneté. Et le choix de notre slogan s’explique par le fait que, nous voulons concentrer nos forces dans la capitale du rail car nous avons constaté dans les dernières échéances électorales que les Thiessois étaient laissés en rade et la cause n’est rien d’autre que les tiraillements et les débats de bas étages qui éloignent les Thiessois apte à penser pour Thiès. Ma pensée est que, si tous les fils de la région était associé au travail cela constituerait une valeur ajoutée au bénéfice exclusif de la région.

Vous allez lancer officiellement le mouvement ce mercredi 13 mars, dites-nous concrètement qu’est qu’on peut attendre de ce lancement ?

Pas grand-chose, nous ne voulons pas travailler dans l’euphorie ou en versant dans le sensationnel ou dans la propagande. Ce n’est pas notre méthode de faire la politique. Nous maîtrisons Thiès pour y être depuis toujours, nous savons aussi les véritables maux dont souffrent les Thiessois et avons aussi fait l’évaluation de leur  besoin. L’autre problème et pas des moindres constitue la jeunesse qui manque de repère et pour cela que nous avons pensée qu’on ne peut les avoir à notre cause en se basant que sur des discours il faut qu’ils sachent que l’urgence n’est pas qu’ils quittent leur terroir pour l’eldorado ou le Nicaragua. L’urgence n’est pas qu’ils abandonnent les études mais de les informer qu’il y’a des richesses dans ce pays et que pour se développer, un pays a besoin de ses fils. C’est pourquoi pour le lancement, le mouvement compte faire cela dans la sobriété car nous voulons que notre message soit perçu par la jeunesse et le candidat qui développera toutes idées, ou en tout cas qui voudra accompagner les jeunes, nous serons prêts à l’accompagner.

Alors la campagne démarre aujourd’hui à 0h quel sera l’implication de la plateforme Vertu dans cette élection présidentielle ?

Mais nous on est toujours actif dans la vie politique ici à Thiès. Nous avons accompagné M. Maodo Malick Mbaye dans le cadre de la coalition Geum sa Bopp déjà en 2021 alors dans l’APR avec le président Macky Sall. Mais après le retrait de Maodo Malick Mbaye qui s’est engagé dans une nouvelle mission. C’est pourquoi on a pris le flambeau et travailler dans la continuité avec des membres du mouvement conscience citoyenne Geum Sa Bopp mais aussi d’autres connaissance venue adhérer au concept du mouvement vertu. Après le lancement nous comptons annoncer le candidat que nous allons soutenir,  puis lancer les activités de la plateforme comme nous savons bien le faire. En allant à la rencontre des jeunes des femmes des groupements de femme etc. comme nous avons l’habitude de la faire.

Que vous inspire une élection présidentielle en plein ramadan et même une moitié de la campagne électorale! C’est inédit. Est-ce que les populations vont suivre?

Tout à fait c’est inédit, parce qu’historiquement je ne me rappelle pas de scrutin organisé ici au Sénégal en plein ramadan mais ce serait du pareil au même car si on l’organisait aussi le 25 février passé, ce serait en plein carême de nos frères chrétiens et on est dans une république laïque même si on est majoritaire, il faut prendre cela en compte. En plus à mon avais cela ne gêne pas, ce sera juste une occasion pour les Sénégalais de montrer à la face du monde que nous sommes une très grande démocratie. Nous prions juste que les Sénégalais fassent une campagne apaisé et que l’état organise des élections libres et transparentes et qu’au lendemain de l’élection que tout le monde aille vaquer à ses occupations.

4- Thiès est supposé être une ville de refus. Une ville d’opposition. Pensez-vous que votre discours va être perçu par les populations ?

Rires… peut-être que le mouvement vient de naître mais notre engagement dans la politique de développement, dans le sport et même dans le social commence à perdurer. On la sympathie des Thiessois et nous pensons aussi que notre vision ne diffère pas de leur aspiration car notre seule ambition est que le Sénégal avance. Nous voulons que la continuité puisse s’opérer puisque, nous au sein du mouvement VERTU considérons la prochaine élection présidentielle comme un référendum avec deux seuls choix qui s’imposent aux électeurs, OUI pour ceux qui prônent pour la continuité et NON pour ceux qui optent pour la rupture. Certes tous n’est pas rose sur le bilan du président Macky Sall mais ses réalisations parle pour lui et ce qui est sûr c’est que le mouvement vertu votera OUI pour la continuité.

6- Qui parle de politique, parle de programme, alors quel programme comptez-vous présenter aux populations surtout aux femmes et aux jeunes dont les besoins sont pressants pour porter la plateforme Vertu dans leur cœur?

Pour la prochaine élection nous allons adopter le programme de notre candidat. C’est ce programme que nous allons vulgariser, en faisant du porte-à-porte afin de le porter à la connaissance des populations.

Donc on peut dire que vous avez déjà fini de décider avec quel candidat vous marchez pour la prochaine élection ?

Oui bien sûr, vous savez c’est une rencontre. Quand des personnes ont la même vision et les mêmes aspirations, ils se rencontrent forcément. Nous avons mutualisé nos forces pour travailler de concert afin d’exécuter le programme du président Macky SALL qui va à l’horizon 2035. C’est un legs et nous avons une entière satisfaction au travail du président Macky Sall

En tant que président de mouvement, que vous inspire cette crise Institutionnelle entre l’exécutif et le conseil constitutionnel. Un bras de fer sur la date qui a finalement été retenue pour le 24 Mars 2024. Comment doit-on analyser cette divergence des deux pouvoirs ?

Est-ce que c’est une crise ? A ma compréhension, le président Macky Sall est dans son rôle, il a soumis sa vision au conseil constitutionnel qui lui a dit ce qui doit être. Rappelez-vous en 2017, Le président Macky Sall avait saisi le conseil constitutionnel pour la réduction de son mandat et il avait dit non. Chacun est dans son rôle et ceci a montré que le Sénégal est une démocratie majeure. Je salut par contre le courage du président Macky Sall qui de par sa présence a évité le pire pour le pays. Personnellement je ne vois pas de crise institutionnel dans le pays comme clamé par certains.

Parlant de la jeunesse on ne peut pas manquer de vous demander votre position par rapport à ce fléau de l’immigration irrégulière. Aujourd’hui le Sénégal a perdu plusieurs de ses fils, la plateforme vertu a-t-elle des idées à proposer pour l’éradication de ce phénomène ? 

La plateforme vertu est très bien placée pour parler de ce fléau puisqu’en notre sein il y’a des gens qui ont pratiqué cette forme d’immigration. A leur retour aussi ils ont discuté avec moi. C’est un phénomène incompréhensible, même si l’homme est toujours tenté par l’aventure et à la recherche du meilleur et quel que soient les risques, ils seront toujours tentés de partir à la recherche de condition de vie meilleure. Mais pourquoi partir et partir où ? Comme je l’ai dit plus haut, il faut qu’on tienne aux jeunes le vrai discours car j’ai vu qu’on utilise les jeunes comme des chairs à canon, on les fait perdre tout espoirs à travers des discours nihilistes porté par un groupuscule de politiciens négateurs dont la seule ambition est de conquérir le pouvoir par n’importe quel moyen. On leur dit que le Sénégal n’offre aucune chance de réussite alors u’eux même ont réussi au Sénégal. Regardez le président Macky Sall qui est issue d’une famille défavorisé mais qui s’est battu pour diriger ce pays. C’est une émulation positive que les jeunes doivent prendre en exemple. Il a étudié et réussi au Sénégal pur diriger ce pays et c’est la détermination du président Macky Sall qui a fait son succès, et ce qui est contradictoire c’est que, les jeunes qui vont au Nicaragua paye 5 millions et dans un pays où tu peux faire une économie de 5 millions tu dois pour en avoir plus et t’offrir les conditions de vie de ton choix. Il ne faut pas qu’on soit nihiliste le président Macky dans ses réalisations a été présent dans tous les secteurs maintenant il faut entreprendre ou aller chercher de la connaissance pour vivre dans un Sénégal de confort.

9- Un message à l’endroit des jeunes et des politiciens, car nous nous acheminons vers des moments fatidiques au regard de tout ce que le pays a traversé. Avez-vous un message particulier a lancé pour une élection libre calme, apaisée et transparente!? 

La paix. J’appelle à la paix car sans cela l’élection ne peut avoir lieu. Je lance aussi ce message aux jeunes qu’ils sachent que leurs actions doit être guidées par la paix et la sérénité car le Sénégal a besoin d’eux pour se développer. Il ne fat pas qu’on les manipule à aller attaquer les foyers où les commerces d’autrui. Puisqu’après ce sont eux qui vont payer les pots cassés. Après tout, les politiques se retrouvent et la loi d’amnistie en est le parfait exemple : combien de jeunes sont morts, où ont perdu un membres. pour défendre le leader de l’opposition. je pense que leur posture à l’assemblée nationale a été une aberration, constaté par le peuple qui je pense a pris bonne note, car la politique ne doit pas être un jeu d’intérêt.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *