L’IMMIGRATION CLANDESTINE, UNE « Apocalypse » PÉRENNE

Le Sénégal fait partie des pays les plus touchés par l’immigration clandestine. Un fléau qui ne date pas d’aujourd’hui. Si nous prenons l’exemple de cette année avec des chiffres qui dépassent le double de l’année 2022. Des milliers de sénégalais de tout âge et de tout sexe ont quitté le pays pour rejoindre l’Europe via des embarcations de fortunes, l’itinéraire du Nicaragua, ou par la voie du désert. Suicide ou tremplin ; des jeunes de la région de Thiès restent déterminer à arriver à bon port même si beaucoup parmi leurs siens ont péri.

Dans un pays comme le Sénégal où la pauvreté, le chômage endémique, la désespérance, la pression familiale… amarrent les jeunes, déserter le pays est pour certains le seul moyen de réussir, ce qui les poussent  à s’aventurer dans la migration irrégulière. Dans la petite côte de de la région de Thiès des jeunes, au péril de leur vie s’engagent à rejoindre les îles canaries.

KAYAR : « LA PÊCHE  NE NOUS NOURRIT PLUS »

Malgré que la mer lui a arraché son meilleur ami ; ce jeune homme est fin prêt à rejoindre l’Espagne quitte à ce qu’il y laisse sa vie : « nous n’avons plus de travail, la pêche ne nous nourrit plus. Je ne supporte plus de me réveiller et voir ma mère quémander pour nous nourrir. Il faut que les autorités arrêtent de vendre sans limite les licences de pèches ».

FASS BOYE : LA PORTE DU  VOYAGE SANS RETOUR »

Tout comme  Kayar, Fass Boye pleure encore ses fils restés en mer au mois d’août.

Assise à même le sol, cette mère de famille encore sous le choc explique : « mon fils faisait partie de l’embarcation qui a quitté Fass Boye et qui a disparu en mer. Il était mon unique espoir, je n’ai pas reçu d’appel venant de lui et je n’ai pas vu son corps. Tous les jours, je me réveille avec l’espoir de le revoir ».

Revenu à peine de la mer, cet homme avec les cheveux grisonnants qui se présente comme étant  le frère de la dame affirme : « ils étaient plus de cent personnes, un matin la rumeur selon laquelle une pirogue qui a quitté Fass Boye a chaviré aux larges du cap vert. Tout le village était dans le K.O, sur les cent passagers, il ne restait qu’une trentaine ».

MBOUR : UNE JEUNESSE ORPHELINE

Le chef de cette famille de pêcheur, qui a perdu son beau-fils dans l’immigration il y’a des années pointe un doigt accusateur aux autorités: « l’émigration clandestine est depuis Mathusalem le talon d’Achille de nos gouvernants. La jeunesse, fer de lance de toute une nation est désemparée, désespérée, quitte à rejoindre » Barça ou Barsak « que de rester dans leurs pays. La mauvaise gouvernance, l’échec patent d’une politique sans utopie de l’emploi des jeunes qui se sentent laisser à eux-mêmes, sans assistance réelle préfèrent être adoptés ailleurs que d’être « piétinés » par des dirigeants qui ne se soucient point de leur avenir. Il conclut avec cette assertion : Cette jeunesse est orpheline. » On n’est pas orphelin, en perdant seulement des parents mais en perdant espoir dans son propre pays. »

JOAL : LA MIGRATION IRREGULIÉRE UN TABOU

Trouvé au quai de pêche un homme la cinquantaine, travaillant dans le secteur insiste à ce que nous gardons à tout prix son identité pour lui permettre de préserver son travail confirme :

« Le phénomène existe avec des allées qui arrivent à destination mais aussi des rapatriés. Cette immigration a causé l’absence des jeunes pêcheurs. Dites carence à pour conséquences : la vente des pirogues et du matériel de pêche. Malheureusement les acquéreurs ne l’utilisent pas convenablement pour les mêmes raisons citées ci-dessus et la rareté du poisson.

MBORO : NICARAGUA LA NOUVELLE PORTE D’ENTREE DE LA RÉUSSITE.

Rejoindre les Etats unis via l’Amérique latine est devenue une aubaine pour les migrés qui ne préfèrent pas emprunter l’atlantique. Ce trajet hasardeux qui est jugé moins risqué, est pourtant parsemé d’embûches. Le calvaire commence à partir de la traversée des pays de l’Amérique latine pour les frontières avec les Etats unis informe cet habitant de Mboro déjà arrivé à Colombus. Joint au téléphone, il explique sa mésaventure : « j’étais talibé dans une dahra, je vendais en même temps des poissons. Vers les années 2017/2018, tous marchés comme sur des roulettes, je suis parvenu à acheter un terrain et je faisais en même temps de l’élevage. Mais de 2019 à 2023 le poisson se faisait rare, la situation s’empirait davantage, l’élevage ,devenu quasi impossible, le prix des bêtes flambait. A un moment, j’étais sur les rotules et j’ai vendu mon terrain, pris l’argent que j’avais épargné pour voyager. J’ai remis à un ami cinq millions pour les besoins du voyage. J’ai quitté le Sénégal le 03 juin 2023 pour Nicaragua. DE Madrid, Managua en passant par Salvador et enfin Nicaragua, on l’a effectué par avion. C’est à partir du Nicaragua que notre calvaire a débuté. Pour rallier Mexique, on nous a encore demandé presque 600.000 par tête. Malgré les ruses des forces de l’ordre on ’y est parvenu. Là, on a subi des arnaques. Ils nous ont encore refoulés à une centaine de kilomètre avant qu’on parvienne à accéder à la police des frontières américaines.

TOUS LES MOYENS SONT BONS POUR ENTRER DANS LE PAYS DE L’ONCLE SAHM.

Notre interlocuteur a duré deux mois avant d’obtenir son autorisation d’asile, pour que cela ne soit possible, il est passé par un interrogatoire pour élucider les raisons de son déplacement. Selon lui il avait le choix entre l’ homosexualité,  le racisme, l’instabilité politique qui sévit au Sénégal…. Étant Pro Sonko, il a pris comme  option ; l’instabilité  politique : « pour rien au monde je n’aurais choisi l’homosexualité ou quelque chose qui entache ma religion, avant tout je suis un fervent musulman. Je suis bien arrivé dans ma famille d’accueil, le chemin était  dur mais le Sénégal l’est plus ».

ADHA : ACTION POUR LES DROITS HUMAINS ET L’AMITIE

Selon ADHA avec à sa tête  ADAMA MBengue rappelle que :«  ce sont les pays africains qui subissent l’essentiel du fardeau de la migration et qui, par conséquent, payent le plus lourd tribut.

Ainsi, il est nécessaire et impératif de poursuivre la réflexion avec la participation active des jeunes qui sont les principaux concernés. Il est tout aussi urgent de mettre en place de nouveaux mécanismes de sortie de crise, plus soucieux de la prise en charge des fléaux de la jeunesse africaine, parmi lesquels en premier rang la pauvreté, le chômage et le sous-emploi ».

ADJA AMINATA FAYE

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *