Suppression du Ministère de la femme : Le collectif des féministes attaque Diomaye Faye et son gouvernement

Le Collectif des Féministes du Sénégal exprime ses inquiétudes après la suppression du Ministère de la femme et la faible représentativité dans le gouvernement du Sénégal.

Suite à la publication de la liste du gouvernement du Sénégal hier par le premier ministre, le Collectif des Féministes du Sénégal exprime son désarroi face à la faible représentativité des femmes dans ce nouveau gouvernement, qui ne compte que 4 femmes ministres sur 25 ministres et 5 secrétaires d’état, ainsi que la suppression du ministère de la Femme et de la Protection de l’Enfance.
Nous tenons à rappeler que le candidat Bassirou Diomaye Faye avait pris des engagements écrits concernant les droits des femmes et des filles sénégalaises.
Ces engagements, consignés dans son livre-programme aux pages 144 et 145, comprennent la lutte contre toutes les formes violences basées sur le genre, l’élargissement de l’autorité parentale, l’autorisation de la recherche de paternité, entre autres.

Lorsque le premier acte constaté dès la constitution du gouvernement est la suppression du ministère de la Femme dans un contexte où plus que jamais il faut accentuer les politiques en faveur des femmes, nous ne pouvons qu’être inquiètes du gouvernement de Rupture annoncé. Les femmes ne sont-elles pas concernées ou incluses dans cette Rupture?
Quant à la faible représentativité des femmes dans le gouvernement, aucun argument de compétence n’est valable. Pour un parti politique dont les femmes se sont autant sacrifiées, il est insultant d’utiliser ce faux argument là où la compétence des hommes n’est jamais remise en question.

La décision de supprimer le ministère de la Femme semble clairement indiquer une volonté de reléguer les questions relatives aux droits des femmes, des filles et des enfants au second plan, tout en maintenant les femmes confinées à des rôles traditionnels.

Le Collectif des Féministes du Sénégal appelle le gouvernement au respect des engagements internationaux et réclame le rétablissement du ministère de la Femme et de la protection de l’enfance dans les meilleurs délais.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *